L’education : un puissant instrument de changement

Apprendre à lire et à écrire dans sa propre langue ouvre non seulement des opportunités d’éducation mais aussi peut changer l’approche de sa vie quotidienne et l’interaction avec son entourage.

Mustapha est le chef d’un village en Asie Centrale où il y a un manque d’éducation, et des problèmes inhérents de discrimination. Il dit : « Nous avions une culture négative concernant les femmes. Par exemple, nous ne laissions pas les filles étudier et la plupart des hommes utilisaient des moyens illégaux pour avoir plus d’une femme. En plus, les hommes harcelaient leurs femmes par des violences conjugales sans aucun sentiment de culpabilité ou d’injustice. »

Mais, il y a quelques années, la situation a commencé à changer quand Wycliffe et son partenaire Sil International ont mis en place des cours d’alphabétisation. Les hommes, les femmes, les garçons et les filles ont eu la permission d’assister aux sessions sans discrimination de genre et d’âge. Pour beaucoup de filles et de femmes, c’était la première fois qu’elles pouvaient poursuivre une éducation. 

Les classes d’alphabétisation ont enseigné aux villageois la lecture et l’écriture dans la langue officielle du pays ainsi que dans leur propre langue. Cet apprentissage leur a permis de devenir lettrés dans deux langues.

La place de la femme change

Les classes ont enseigné plus que l’alphabétisation. Mustapha témoigne : « À travers les clubs de lecture, les femmes et les jeunes filles ont appris ce qui est bon et mauvais afin d’accéder à une vie meilleure. Elles ont même entendu les droits de l’Homme pour que les hommes ne violent plus aussi facilement ces droits. »

« Les hommes de notre village ont réalisé qu’ils avaient de mauvaises habitudes envers les jeunes filles et les femmes. » continue-t-il. « Grâce aux cours d’alphabétisation, la culture et l’atmosphère de notre village ont changé de manière significative. »

Les gens se sentent plus heureux qu’auparavant et attribuent ce changement pour une grande part aux classes et à leurs professeurs.

« Maintenant, toutes les femmes se retrouvent régulièrement pour discuter de leurs problèmes et des solutions possibles à apporter. » remarque Mustapha. « Tous les villageois envoient leurs garçons et leurs filles à l’école, dirigée par une ONG. »

La pratique de la polygamie a également changé. Alors que les hommes pensaient qu’elle valorisait leurs capacités et leurs droits, désormais la polygamie est méprisée par les villageois.

La communauté est pleine d’espoir pour la progression des changements que lui apportera l’éducation. « Nous connaissons des proverbes tels que ‘’L’éducation est la lumière de la vie’’ et ‘’ l’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde.’’ Ils sont totalement vrais. » conclut Mustapha.

de Melissa PAREDES