Trois ethnies du Congo reçoivent le Nouveau Testament !

André et Nicole Aguila, membres de Wycliffe France ont assisté en mars à la fête de remise du Nouveau Testament en logo, langue de la République Démocratique du Congo. Ils nous racontent.

"Le mois de mars a été l'occasion de grandes réjouissances pour nous et pour les communautés logo, mayogo et ndruna qui ont accueilli le Nouveau Testament dans leur langue.


Nicole et moi avons eu le privilège de participer aux présentations en logo et mayogo. La fête de présentation en logo s'est tenue dans un village très isolé, Todro. C'est au centre de la région du peuple logo qui compte plus de 200 000 personnes. Un avion de la mission MAF nous y a déposés pour un séjour de trois jours en compagnie d'amis et collègues.

La famille Wright avait commencé le programme de traduction et vécu dans la région durant les années 90 et avaient dû la quitter pour raison de santé. Ils ont continué le travail depuis leur pays et les retrouvailles avec les frères et sœurs de la région ont été très émouvantes.

Nous avons été très touchés par l'accueil de la communauté locale, qui a tout fait pour que nous nous sentions bien dans ce village où il n'y a pas de voitures, seulement des motos et où le seul changement dans le paysage depuis l'arrivée des premiers missionnaires en 1920 est l'installation toute récente d'une tour de télécommunication !


Le dimanche 6 mars était le grand jour des festivités. Elles se sont déroulées à l'ombre de grands manguiers où environ 2500 personnes étaient rassemblées.
Les Nouveaux Testaments ont été transportés à l'épaule, à la manière des Lévites qui transportaient l'Arche de l'Alliance, symbole de la nouvelle alliance entre Dieu et les hommes.
L'animation était assurée par une fanfare et un groupe de danseurs traditionnels.
Le moment fort a été l'ouverture des cartons et la présentation au public du fruit de ce long travail, suivie d'une prière demandant à Dieu de bénir le peuple logo par le moyen de sa Parole vivante.
A partir de maintenant chaque membre de la communauté logo pouvait se procurer ce précieux livre...

En fin de journée, nous nous sommes réjouis de voir les files d'attentes se former pour acheter les Nouveaux Testaments, certaines personnes en avaient même payés un dizaine ou une quinzaine à l'avance et attachaient les cartons à l'arrière de leur moto pour les rapporter dans leur village. "

C'est la fête chez les Touaregs du Niger !

Un comité d’organisation mis en place en février dernier n’a pas épargné son temps et ses forces, ces derniers mois en particulier, pour préparer la fête de présentation du Nouveau Testament en langue tamajaq tawallammat (parlée principalement au Niger et au Mali) qui a eu lieu au Niger, à Niamey.

Tout était prêt ce samedi 2 janvier, vers 9h, quand les premiers participants entrèrent dans la grande église des Assemblées de Dieu, choisie pour l’occasion.

De 10h à midi, c’est une assistance d’environ 300 personnes—composée en majorité de nigériens, mais aussi des expatriés, et quelques rares amis qui avaient fait le déplacement de l’étranger—qui s’est retrouvée pour chanter, danser et louer le Seigneur. Deux chorales tamajaq, une de Niamey et une venue de Tombouctou, et leurs musiciens, nous ont conduit dans une louange joyeuse et colorée, en partie au travers de chants en tamajaq créés pour la circonstance.

Une cinquantaine de pasteurs en prière dans leur langue

Un tamajaq, responsable d’Eglise, a présenté la cérémonie dans la prière. Le président de l’association des Eglises et missions évangéliques au Niger a prononcé un bref discours d’ouverture. Lors de la prière de consécration des NTs, une cinquantaine de pasteurs et responsables d’Eglises se sont retrouvés sur la scène pour prier, en plusieurs langues nigériennes, pour l’utilisation et l’impact des Ecritures en tamajaq.

Il y a à peine un an, les églises brûlaient à Niamey, mais ce samedi 2 janvier était vraiment un jour de fête pour l’Eglise du Niger tout entière, et beaucoup de Nigériens l’ont su puisqu’un extrait de la cérémonie a été présenté, le soir même, au cours du journal télévisé de plusieurs chaînes, dont la chaîne publique. Comme il se doit, la fête s’est terminée par un repas chaud pris en commun, sur place.

Le NT, dans sa couverture de cuir

Le NT est venu dans une belle couverture en cuir, attachée par une longue lanière, elle aussi en cuir. C’est ainsi que dans la culture les livres, anciens ou nouveaux, sacrés et importants, sont gardés et identifiés. Un évangéliste tamajaq a ainsi ouvert le NT pour y lire quelques versets. Un des membres de l’équipe de traduction a ensuite apporté un message basé sur 2 Timothée 3 :16.

Cette fête restera un moment précieux dans nos cœurs et à nos mémoires, mais elle ne fait que marquer l’achèvement d’une partie du travail. Elle n’est pas un aboutissement. Le travail continue, celui de Dieu et celui des hommes. Quel que soit le travail que Dieu nous confie, nous prions qu’il nous trouve toujours en train d’œuvrer pour sa seule gloire ! 

Fête du Nouveau Testament en Ifè

Awoéfa Djoussou, femme ifè âgée de 44 ans, regrettait beaucoup le fait qu'elle n'ait jamais pu aller à l'école et qu'elle n'avait jamais appris à lire et à écrire. Pour elle, c'était comme vivre dans la nuit. Alors elle n'a pas hésité à s'inscrire quand des classes d'alphabétisation en Ifè furent annoncées. Et elle a bien réussi. "C'était comme si le jour se levait pour moi. Avant j'étais comme aveugle, maintenant je peux voir."

Octobre 17 2010 - lancement du Nouveau testament en ife

Traduction de la Bible: la fête!Lors de la présentation publique du Nouveau Testament en Ifè, Awoéfa a choisi de lire son histoire préférée, la guérison de l'homme né aveugle dans l'Évangile de Jean. Une femme, qui n'avait jamais eu une éducation formelle, a lu la Parole de Dieu avec facilité devant une foule de 2000 personnes. La fête représentait le fruit de presque 30 années investies dans la traduction du Nouveau Testament et dans un programme d'alphabétisation.


Ce jour-là, 3000 exemplaires du N.T. ont été achetés par la foule qui attendait ce moment depuis si longtemps.

Le peuple ifè compte environ 200 000 personnes, au Togo et au Bénin. Le programme de traduction a commencé en 1981. Anna (suissesse) et Hélène (suédoise) ont commencé par apprendre et analyser la langue. Ensuite elles ont développé un alphabet et du materiel de lecture en coopération avec les autorités locales.

En 1988 les premiers Ifè apprennent à lire dans leur langue maternelle et depuis ce moment le programme d'alphabétisation s'est répandu dans 6 zones ifè. Aujourd'hui on compte 12 000 Ifès qui ont appris à lire et à écrire.