Une voyelle qui fait toute la différence !

 

Lee Bramlett, membre de Wycliffe avait observé qu’en langue hdi du Nord Cameroun, le sens des verbe est généralement modifié par une des trois voyelles : i, a ou u, en fin de mot. Il a aussi remarqué que pour le verbe aimer, seules les formes dvi et dva semblaient utilisées. Vraiment ?

Il a donc consulté le comité de traduction composé de plusieurs leaders de la communauté : « Pourriez-vous dvi votre épouse ? » « Oui, répondirent-ils. Ca voudrait dire qu’on l’a aimé mais que maintenant c’est fini. »

« Pourriez-vous dva notre femme ? » Oui, ça dépendrait de ce qu’elle fait. Elle serait aimée tant qu’elle est fidèle et qu’elle s’occupe bien de son mari. 

« Est-ce que vous pourriez dvu votre épouse ? » Tous se sont mis à rire. « Certainement pas ! Si on disait ça, ça voudrait dire qu’on continuerait à l’aimer quelque soit sa conduite, même si elle n’allait jamais chercher l’eau et ne faisait jamais de repas. Même si elle commettait un adultère, on serait forcé de l’aimer. Non, on ne dirait jamais ‘’dvu, ni pour notre femme ne pour autre chose. »

Lee a alors posé la question : « Est-ce que Dieu pourrait dvu les gens ? » Un long silence a suivi et des larmes se sont mises à couler des yeux de ces hommes âgés. Finalement ils ont répondu : « Savez-vous ce que cela voudrait dire ? Que Dieu persiste à nous aimer, millénaire après millénaire, alors que pendant tout ce temps nous avons rejeté son grand amour. »

Dieu avait en quelque sort encodé l’histoire de son amour inconditionnel dans la langue hdi. Pendant des siècles, ce petit mot, dvu était là, inutilisé mais disponible, grammaticalement correct et facilement compréhensible.

Lorsque ce mot a finalement été prononcé, il a mis en question tout le système de croyance des Hdi. Si Dieu était comme cela, avait-il besoin des esprits pour intercéder pour eux ? Avaient-ils besoin de sorcellerie pour entrer en contact avec les esprits ? Beaucoup décidèrent que la réponse était non, et le nombre de chrétiens a rapidement grandi, de quelques centaines à plusieurs milliers.

Tiré de wycliffe.net